Gábor Winand, Ramón Valle, Eric Vloeimans Fabulas

BMCCD152 2009

Fabulas is an album of friendship. The inception of this truly "fabulous" project can be dated back to the time when, as a Cuban singer, I got to know Gábor Winand, the startlingly original Hungarian singer. I had found a true pearl where I least expected it, and was astonished to come across such a treasure in Central Europe.

Elsa Valle


Artists

Gábor Winand - vocal
Ramón Valle - piano
Eric Vloeimans - trumpet


About the album

Compositions by Ramón Valle (1, 2, 10), Gábor Winand (3, 5, 6, 7, 8, 9) and Ernesto Lecuna (4, arranged by Ramón Valle)
Lyrics by Elsa Valle (3, 5, 9) and Eszter Molnár (6)
Recorded at Tom-Tom Studio, Budapest, 22-24 September, 2008
Recorded, mixed and mastered by Attila Kölcsényi

Photo: István Huszti
Cover Art-Smart by GABMER / Bachman

Produced by László Gőz
Executive producer: Tamás Bognár

The recording was sponsored by the National Cultural Fund of Hungary and the Artisjus Music Foundation


Reviews

Renaud Czarnes - Jazzman **** (fr)

Franpi Barriaux - CitizenJazz (fr)

Concerto **** (de)

Marcelo Tchechenistky - Discos Argentinos (es)

AAJ Italy staff (Paolo Peviani) - All About Jazz ***1/2 (it)

Mischa Andriessen - Jazzenzo (nl)

Retkes Attila - Gramofon **** (hu)

Szántai Zsolt - Ekultúra.hu (hu)

Rockinform (hu)

Czékus Mihály - Hifi Piac Magazin (hu)

Sinkovics Ferenc - Magyar Hírlap (hu)

Nők Lapja (hu)


3500 HUF 10.90 EUR

Gábor Winand, Ramón Valle, Eric Vloeimans: Fabulas

01 Y si Volviera 11:19
02 Levitando 4:45
03 Primavera 4:19
04 Siboney 9:16
05 Principe Azul 6:25
06 Captive Dreamer 6:01
07 Bulgarian love song 4:51
08 Somos 3:04
09 Rompiendo 2:10
10 Andar por dentro 7:54
Total time 60:04

The album is available in digital form at our retail partners



(find French translation below)

Fabulas
is an album of friendship. The inception of this truly "fabulous" project can be dated back to the time when, as a Cuban singer, I got to know Gábor Winand, the startlingly original Hungarian singer. I had found a true pearl where I least expected it, and was astonished to come across such a treasure in Central Europe. Gábor is now my life partner, and though we live in Hungary, he has become a member of the Valle family.

My brother Ramón, a pianist who lives and works in the Netherlands, has often travelled to Budapest for my sake, to take part in the recording sessions of my band, Latin Jazz Syndicate. Ramón and Gábor thus met as musicians, and it was then that they began to lay the foundations for their later work together. Over recent years their friendship has deepened, and naturally family ties have also reinforced the musical relationship. For my part, I hold these two little birds ever tighter; I would never like to lose them. Two "loves", two passions, two different, but unique talents. Their first concert as a duo took place in Budapest in December 2007.

This fable has a third hero too: Eric, the Dutch trumpeter, who has long played with Ramón. His person has made it possible to enlarge the formation, and making a recording together was a natural continuation of the work already begun. The first joint rehearsals were in the Netherlands, and later they presented their programme to the broader public in autumn 2008 at the MOL Budapest Jazz Festival.

Armed with the experience of the concert, they made a studio recording of Fabulas, whose songs even without words tell with perfect ease of life, love, friendship and brotherly feelings - and hopefully everyone can identify with this.

It gives me special pleasure that while previously I could share the musical carpet Gábor spread before me only with my brother and my loved ones from Cuba, now I can invite a much wider audience on this wondrous journey spanning the continents.

Elsa Valle
Translated by Richard Robinson


Gábor Winand

Gábor Winand (Budapest, 1964) started his musical studies on the clarinet, and then after primary school turned to singing. In the jazz department of the Bartók Béla Music Secondary School, his teacher was Attila Garai. After finishing school he was soon invited to play in the band of guitarist Gyula Babos, one of the great personalities of Hungarian jazz life. He continued his instrumental studies along with singing, and later became an eloquent saxophonist and flutist.

In 1990 he got to know Gábor Gadó, who to this day remains his most important creative partner, and with whom he first performed in the band Joy. Later he featured in the Trio Stendhal, and the band ESP. Pianist and composer György Vukán composed the song cycle Love Poems for him to poems by Pablo Neruda.

Since 2001 he has been an influential member of the Elemér Balázs Group, with whom he has recorded many discs. The album they made with Charlie Mariano (Our Worlds Beyond) is particularly memorable, as were their gigs at the London and Skopje jazz festivals, and many other European cities such as Berlin, the Hague, Vienna, Oslo, Glasgow, etc.

In 2001 he took part in the Hungarian Radio singing competition as a member of the jury, and performed at the gala concert. Following this Al Jarreau, the chairman of the jury, expressed his delight and invited him to share the stage in his own concert. Winand is often featured as an instrumentalist and singer in the band of his wife, the Cuban singer Elsa Valle. In his own quartet Péter Rozsnyói plays piano, József Barcza Horváth plays bass and András Dés plays percussion.

More recently he has played in many concerts with Béla Szakcsi Lakatos, in duo and quartet formations. In recent years he has once more played often with Gábor Gadó, who as a composer left his mark on Winand's solo discs. Of these his 2002 album Corners of my mind won the Choc de l'année prize from the French magazine Jazzman as one of the most outstanding discs of the year. His further BMC releases have all achieved international success: Agent Spirituel (2003), Different garden (2004), Opera Budapest (2006), and his recent recordings feature French musicians such as Airelle Besson, Matthieu Donarier, Sébastien Boisseau and Joe Quitzke.

In past years he has received many invitations abroad with his own repertoire, such as the concerts at the Souillac Jazz Festival, the Tours Jazz Festival, the Crest Jazz Vocal, the Mitteleuropa Jazz Festival - Schiltingheim, Iberoamericana (Cuba), and clubs in Paris, Valenciennes, Barcelona, Dresden and other cities.

Alongside his work as a music teacher he regularly holds masterclasses and workshops (Lamantin Jazz Festival - Szombathely, International Prague Jazz Workshop).


Ramón Valle

Ramón Valle (born 1964) started studying the piano in his home town of Holguín, Cuba, and graduated in Havana in 1984. His exceptional talent was soon discovered, as a solo artist and as the leader of the jazz quartet Brújula, when he appeared in Mexico, Bogotá and Havana.

"The greatest talent among our young pianists" in the words of Chucho Valdés, introducing him on his debut Levitando (1993), proved to have a sound of his own. Although the influence of classical music and especially of the triumvirate Jarrett-Corea-Hancock can be heard, Valle is able to weld diverse influences to create a unique style that eludes traditional categories. Rather than being a pianist who plays Latin Jazz or Cuban Jazz, Valle is a Cuban jazz pianist, who produces pure, contemporary jazz, with the charisma and expressiveness of a true story-teller.

He was first invited to Europe by Barcelona's Jamboree Jazz Club, when critics were struck by his virtuosity and technical perfection. Valle went on to great success at other European and Latin American venues and to release Piano Solo, his second CD. His compositions and playing are charac-terized by great originality and powerful lyricism, and an ability to evoke diverse atmospheres within one tune. In 1998 Ramón settled in Europe, where his tours of Germany, Spain and Scandinavia have elicited unanimous praise. After his first appearance at the North Sea Jazz Fest (2000), he was invited again next year with the Canadian saxophonist Jane Bunnet. He first recorded Danza Negra for the German label ACT (2002). It is a personal, unorthodox view of the work of Ernesto Lecuona, a great Cuban classical composer, surrounded by Perico Sambeat on alto sax and Horacio 'el Negro' Hernández on drums.

Soon Valle was celebrated at international festivals such as the Montreux Festival, the Leverkusen Festival and at the Festival de Jazz Plaza Habana. In 2002 Valle met the trumpeter Roy Hargrove, and soon they performed together at the North Sea Jazz Festival. Hargrove said: "He knows how to play soft and he still builds so many things. There's so many bags he can reach from. It's really a pleasure listening to him and to play with him as well".

In 2003 Valle proved his talents as the leader and composer of a ten-piece orchestra in the Concertgebouw, where Mixed-up Mokum was premiered, a composition commissioned by the city of Amsterdam. On his CD No Escape (2003), Valle excels as a jazz musician beyond categorization and explores his earlier narratives further. Since the release of his latest solo outing, Piano Works IV: Memorias (2005 ACT), he has extensively toured Spain, France, Germany as well as South Africa, Columbia and Australia.


Eric Vloeimans

Eric Vloeimans is regarded to be one of Europe's best trumpet players. He displays an extraordinary talent for playing original music. As a composer he does not feel restricted to one particular style, at the same time he has managed to create a language of his own. Vloeimans has been honoured by the Dutch Edison Award four times, the Boy Edgar Award, the Elly Ameling oeuvre prize and the prestigious Bird Award at the North Sea Jazz Festival. He is unique among many of Holland's top international jazz artists in that he does not shy away from playing beautifully. He has mastered the complete range of the trumpet, from the energy laden high notes to the soft, velvety, almost wooden sounds.

Born 1963 in Huizen, Vloeimans initially studied classical music at the Rotterdam Academy of Music. He got interested in jazz after meeting musicians from that department and switched - graduating with distinction in 1988 and continuing his studies in New York, studying with Donald Byrd and gaining experience playing in the big bands of Frank Foster and Mercer Ellington. He practises classical studies to keep his technique up to scratch. However, "technique isn't everything", he says: though technically limited, Don Cherry is one of his favourite players.

Vloeimans has been active in a wide variety of ensembles all over the years. The Eric Vloeimans Quartet and his recent Gatecrash group have earned reputations as being Holland's top bands. Vloeimans' performances with a multitude of other formations has shown his versatility. His musical talent, easy-going attitude and great sense of humour have brought him to play with national and international artists.

Besides collaborating with major Dutch jazz figures (including pianists Jasper van't Hof, Michiel Borstlap, cellist Ernst Reijseger, and drummer Han Bennink) since 1989, Vloeimans has been involved in numerous international projects, most notably in his recording with US drummer Joey Baron, bassist Marc Johnson and pianist John Taylor, resulting in the award-winning album Bitches and Fairy Tales in 1999. Other collaborations include those with French/Vietnamese guitarist Nguyęn Lę, German clarinetist Theo Jörgensmann, Swedish bassist/cellist Lars Danielsson and Finnish drummer/percussionist Markku Ounaskari, US bassist Jimmy Haslip, as well as projects with Norwegian composer Erik Lars Gudim and nu jazz pioneer Bugge Wesseltoft.

His trio Fugimundi with Anton Goudsmit on guitar and Harmen Fraanje on piano went on US debut tour in 2008. He has recorded for BMC before with the French saxophone player Alban Darche (Trumpet Kingdom, 2008).  


Notes musicales

Le disque Fabulas est le fruit d'une amitié. L'origine de ce projet vraiment merveilleux remonte à l'époque où, en tant que chanteuse cubaine, j'ai fait la rencontre de Gábor Winand, ce chanteur hongrois particulièrement original. Je suis alors tombé sur une perle rare, là où je m'y attendais le moins : ce fut une grande surprise pour moi que de découvrir un tel trésor en Europe centrale. Gábor est depuis devenu mon compagnon et, même si nous vivons en Hongrie, on peut dire que c'est lui qui a intégré la famille Valle.

Ramón, mon frère qui est pianiste et vit et travaille aux Pays-Bas, a plusieurs fois fait le voyage à Budapest pour me faire plaisir en participant aux enre- gistrements de mon orchestre, le Latin Jazz Syndicate. C'est alors, en tant que musiciens, que Ramón et Gábor ont fait connaissance et ont commencé à poser les bases de futurs travaux communs.

Notre amitié s'est renforcée au cours des années et naturellement les liens familiaux ont également renforcé les liens musicaux. De mon côté, je retiens toujours plus fermement mes deux petits oiseaux, je n'aimerais jamais les perdre. Deux « amours », deux passions, deux talents différents l'un de l'autre et uniques. Le premier concert de leur duo a eu lieu à Budapest en décembre 2007. Il y a un troisième protagoniste à ce conte de fée : Eric, le tromboniste néerlandais avec qui Ramón joue depuis longtemps. Sa personne a permis à la formation de s'ouvrir et la création d'un disque commun a été la suite naturelle de leur travail mené jusqu'à présent. Les premières répétitions communes ont eu lieu aux Pays-Bas puis notre programme a été présenté devant un plus grand public à l'automne 2008 au MOL Budapest Jazz Festival.

Sur la base de cette expérience en concert, nous avons enregistré Fabulas en studio : les chansons de l'album - même sans parole - parlent tout naturellement de la vie, de l'amour, de l'amitié et de la fraternité, et j'espère que tout le monde pourra s'identifier à ces sentiments. C'est pour moi une joie particulièrement grande de savoir que le tapis volant musical que Gábor dé-ployait uniquement pour moi, mon frère, mes amis et parents cubains peut mainte-nant inviter un plus large auditoire à un voyage merveilleux par delà les continents.

Elsa Valle
Traduit par László Dankovics


Gábor Winand

Gábor Winand, né en 1964 à Budapest, a d'abord appris à jouer de la clarinette puis, après l'école secondaire, s'est tourné vers le chant. A l'Ecole de Musique Béla Bartók, Attila Garai a été son professeur à la Chaire de Chant Jazz. Tout de suite après qu'il ait fini l'Ecole, une des grandes personnalités du jazz hongrois, le guitariste Gyula Babos, l'invite dans son orchestre. Il poursuit ensuite ses études musicales tout en restant chanteur et devient ainsi par la suite saxophoniste au style varié et flûtiste.

En 1990, il rencontre Gábor Gadó, jusqu'à aujourd'hui son principal collaborateur, avec qui il se produit pour la première fois sur scène avec le groupe Joy. Il s'est ensuite produit de nombreuses fois avec le Trio Stendhal ainsi qu'avec l'orchestre EPS. Pour le compte du pianiste et compositeur György Vukán, il compose un cycle de chants basé sur les poèmes aux thèmes amoureux de Pablo Neruda (Love Poems).

Depuis 2001, Winand est un membre par excellence du Balázs Elemér Group avec qui il a enregistré de nombreux disques. L'album que le groupe a préparé avec Charlie Mariano (Our Worlds Beyond) est particulièrement remarquable et situé dans la droite ligne de ses concerts dans les festivals de jazz de Londres et Skopje ou dans les autres grandes villes européennes comme Berlin, La Haye, Vienne, Oslo, Glasgow, etc.

En 2001, il est membre du jury du Concours des Jeunes Talents du Chant organisé par la Radio Hongroise et participe au concert de gala du concours. Le président du jury Al Jarreau s'est alors déclaré émerveillé par son talent et l'a invité à le rejoindre sur scène lors de son propre concert. Il participe souvent, en tant que musicien et en tant que chanteur, au groupe de sa femme, la chanteuse cubaine Elsa Valle. Dans le quartette de Winand, Péter Rozsnyói joue du piano, József Barcza Horváth de la contrebasse et András Dés des percussions.

Ces derniers temps, il a beaucoup joué en duo et en quartette avec Béla Szakcsi Lakatos. Depuis ces dernières années, il s'est remis à jouer avec Gábor Gadó qui est un des compositeurs principaux des disques solo de Winand. Parmi ceux-ci, l'album Corners of my mind s'est vu décerner en 2002 la récompense « Choc de l'année » par la principale revue française de jazz Jazzman. Ses disques suivants parus chez le label BMC ont tous atteint une grande reconnaissance internationale : Agent Spirituel (2003), Different garden (2004), Opera Budapest (2006) - des artistes français tels que Airelle Besson, Matthieu Donarier, Sébastien Boisseau et Joe Quitzke ont d'ailleurs participé à ce dernier disque.

Au cours des dernières années, c'est pour son propre répertoire que Winand a été invité plusieurs fois à l'étranger, par exemple au Jazz Festival de Souillac, au Jazz Festival de Tours, au Crest Jazz Vocal, au Mitteleuropa Jazz Festival de Schiltingheim, aux concerts de l'Iberoamericana de Cuba, ainsi qu'à Paris, Valenciennes, Barcelone, Dresde et dans les clubs d'autres villes encore.

Parallèlement à son travail de professeur de musique, il organise des formations et des ateliers (Lamantin Jazz Festival de Szombathely, Workshop du Festival International de Jazz de Prague).


Ramón Valle

Ramón Valle (1964) a commencé à étudier le piano dans sa ville natale de Holguin, à Cuba. Il a achevé ses études à La Havane en 1984. Son extraordinaire talent, aussi bien en tant qu'artiste soliste qu'en tant que dirigeant du quartette de jazz Brújula, fut rapidement remarqué quand il s'est produit à Mexico, Bogota et La Havane.

« Le plus talentueux de nos jeunes pianistes » : c'est ainsi que Chucho Valdés présente Ramón Valle dans son premier album Levitando (1993) où la musique de Valle se révèle déjà être d'une facture très personnelle. On y discerne les influences des classiques et tout particulièrement celle du trio Jarrett-Corea-Hancock, mais la force de la musique de Valle réside dans la manière remarquable qu'il a de mobiliser sa créativité pour fondre ces diverses sources d'inspiration en un style bien à lui. Valle n'est pas un pianiste de jazz latino ou de jazz cubain. C'est un pianiste de jazz, cubain. Son jazz est pur, moderne ; sa présence rayonnante et la très grande force d'expression de ses interprétations font de lui un vrai raconteur d'histoires.

Il s'est produit pour la première fois en Europe à l'invitation du Jamboree Jazz Club de Barcelone où il surprit les critiques par la pureté de sa technique et sa virtuosité. Ramón Valle s'est ensuite produit avec grand succès sur différentes scènes latino-américaines et européennes et a sorti son deuxième CD Piano Solo. Ses compositions et son jeu sont remarquables par leur grande authenticité, leur force lyrique et par sa capacité à créer différentes ambiances dans une seule composition. En 1998, Ramón s'installe en Europe et donne de nombreux concerts en Allemagne, en Scandinavie et en Espa-gne : la presse est unanimement enthousiaste. Après sa première prestation au North Sea Jazz Fest (2000), il fut à nouveau réinvité l'année suivante avec la saxophoniste canadienne Jane Bunnet. Il enregistre pour la première fois Danza Negra pour le label allemand ACT en 2002. C'est une vision aussi originale que personnelle de l'œuvre d'Ernesto Lecuona, un grand compositeur classique cubain ; il est alors entouré par Perico Sambeat au saxophone alto et Horacio 'el Negro' Hernández à la batterie.

Rapidement Valle est célébré dans des festivals internationaux tels que le Festival de Jazz de Montreux et le Festival de Leverkusen ainsi qu'au Festival de Jazz Plaza Habana. En 2002, il rencontre le trompettiste Roy Hargrove et ils jouent ensemble lors du North Sea Jazz de 2003. Hargrove remarque : « Il peut jouer avec une extrême douceur et subtilité et, à partir de là, il parvient à bâtir un édifice gigantesque et puissant. Il possède de si nombreux talents dans lesquels il peut puiser. C'est vraiment un plaisir de l'écouter ainsi que de jouer avec lui. »

Il fit montre de ses talents de chef d'orchestre et de compositeur en janvier 2003 au Concertgebouw où eut lieu la première de Mixed-up Mokum, une composition commandée par la Municipalité d'Amsterdam. Sur son CD No Escape (2003), Valle excelle en tant que musicien de jazz situé au-delà de toutes les catégorisations possibles : il montre ici qu'il est un maître dans tous les aspects de l'interprétation contemporaine et pousse encore plus loin les limites de ses précédentes narrations musicales.

Depuis la parution de son dernier album solo Piano Works IV: Memorias (2005, ACT), il a fait de grandes tournées en Espagne, en France, en Allemagne ainsi qu'en Afrique-du-Sud, en Colombie et en Australie.


Eric Vloeimans

Eric Vloeimans est considéré comme un des meilleurs trompettistes d'Europe. Il a un talent extraordinaire pour jouer une musique originale. En tant que compositeur, il ne se sent pas limité à un style particulier et en même temps il est parvenu à créer son propre langage. Vloeimans a été récompensé quatre fois par un Dutch Edison Award, par un Boy Edgar Award, par un Elly Ameling oeuvre prize et par le prestigieux Bird Award au North Sea Jazz Festival. C'est un personnage unique parmi les nombreux jazzmen néerlandais de renom international dans le sens qu'il n'hésite pas à jouer magnifiquement ! Il est passé maître dans toute la gamme que peut couvrir la trompette : depuis les notes aiguës pleines d'énergie jusqu'aux sons doux, délicats, presque inexpressifs.

Né en 1963 à Huizen, Vloiemans a d'abord étudié la musique classique à l'Académie de Musique de Rotterdam. Il a commencé à s'intéresser au jazz après avoir rencontré des musiciens de ce Département à l'Académie, allant ensuite jusqu'à changer de voie et intégrer ce Département-là ! Il obtient son diplôme avec succès en 1988 puis continue ses études à New York : il étudie alors avec Donald Byrd et enrichit son expérience en jouant dans les big bands de Frank Foster et Mercer Ellington. Il continue à entretenir ses connaissances classiques de manière à maintenir sa technique à la hauteur. Néanmoins « la technique n'est pas tout » déclare-t-il : bien que techniquement limité, Don Cherry est un de ses interprètes préférés.

Vloeimans a joué un rôle actif dans de nombreux ensembles au cours de ces dernières années. L'Eric Vloeimans Quartet et son plus récent groupe Gatecrash ont acqui la réputation d'être parmi les meilleurs groupes néerlandais. Les concerts auxquels Vloeimans a participé avec une multitude d'autres formations ont également montré la variété de ses talents. Son excellence musicale, son attitude accommodante et son grand sens de l'humour lui ont permis de jouer avec de nombreux artistes nationaux et internationaux.

En plus de sa collaboration avec les principales figures du jazz néerlandais depuis 1989 (parmi ceux-ci les pianistes Jasper van't Hof et Michiel Borstlap, le violoncelliste Ernst Reijseger et le batteur Han Bennink), Vloeimans a pris part à de nombreux projets internationaux : on peut notamment citer son enregistrement avec les américains Joey Baron (batterie), Marc Johnson (basse) et John Taylor (piano) qui donna l'album Bitches and Fairy Tales récompensé en 1999. Ses autres collaborations incluent celles menées avec le guitariste franco-vietnamien Nguyên Lê, le clarinettiste allemand Theo Jörgensmann, le bassiste/violoncelliste suédois Lars Danielsson et le batteur/ percussionniste finlandais Markku Ounaskari, le bassiste américain Jimmy Haslip, ainsi que des projets avec le compositeur norvégien Erik Lars Gudim ainsi qu'avec Bugge Wesseltoft, le pionnier du nu jazz.

La tournée de présentation en Amérique de son trio Fugimundi (avec Anton Goudsmit à la guitare et Harmen Fraanje au piano) a eu lieu en 2008. Il a déjà enregistré pour BMC avec le saxophoniste français Alban Darche (Trumpet Kingdom, 2008).

Related albums